Actualité
 26/02/2020
Publications, Articles, Social

Rappel de salaires et revenus de remplacement : aucune déduction ?

Vers une double rémunération injustifiée

Votre ex-salarié obtient sa réintégration, suite à une décision judiciaire annulant son licenciement. Le contentieux durait depuis des années. L’ex-salarié non seulement n’a pas connu une seule période de chômage, mais s’en est bien sorti car son salaire a tout de suite fait un bond payé qu’il ne l’était chez vous. Vous pensez ne rien lui devoir pour le rappel de salaires… Attention à la nouvelle jurisprudence !


Le principe est le suivant. Votre salarié peut demander sa réintégration, si son licenciement est jugé nul. Dans cette situation, vous devrez verser les salaires dont il a été évincé, depuis la rupture. Cette somme est appelée rappel de salaires.

Or, la justice est très lente. La réintégration peut donc être ordonnée plusieurs années après le licenciement. Dans l’intervalle, le salarié a souvent été au chômage, puis a retrouvé/recréé un emploi. Il a donc perçu des revenus de remplacement. Bref, il peut n’avoir subi presqu’aucune perte de revenu depuis son licenciement.

Si c’est le cas, il ne devrait pas pouvoir prétendre à indemnisation. Selon toute logique, les revenus de remplacement devraient être déduits des rappels de salaires. L’employeur n’aurait alors à verser que le delta entre les deux sommes.

Toutefois, la Cour de cassation écarte cette déduction dans plusieurs situations. Dans un premier temps, et depuis 2016, en cas de violation d’une liberté fondamentale (droit de grève, droit d’ester en justice).

Aujourd’hui, elle étend sa jurisprudence à certains licenciements fondés sur un motif jugé discriminatoire (Cass, soc., 29 janv. 2020, n°18-21.862), notamment en raison de l’état de grossesse.

Cette jurisprudence constitue un avantage fort pour les salariés. Ils peuvent cumuler deux rémunérations pour une même période de travail. Les dérives et les abus vont être légion.

Arrêt commenté : Cass. Soc., 29 janv. 2020, n°18-21.862


Nicolas C. Sauvage,  Mathilde De Sloovere

COORDONNÉES

Sea Avocats

71 Boulevard Gouvion Saint Cyr
75017 PARIS FRANCE

+33 618 314 379

NEWSLETTER : avec nous c'est SEA simple

Inscrivez-vous à notre newsletter et nos flashs en droit du travail

* Les informations identifiées par un astérisque sont obligatoires. A défaut, votre demande ne pourra pas être traitée ou son traitement sera retardé.
Les données collectées à partir de ce formulaire sont destinées au Cabinet SEA AVOCATS pour la gestion des abonnements aux lettres d’information et aux événements organisés par le Cabinet. Ces données font l’objet d’un traitement informatique.
Conformément à la réglementation en matière de protection des données personnelles, vous disposez d'un droit d'accès, d’interrogation, de rectification, d’effacement, de portabilité, de limitation des informations qui vous concernent. Vous disposez également d’un droit d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel ainsi que d’un droit d’opposition à ce que ces données soient utilisées à des fins de prospection commerciale.
Vous disposez enfin du droit de définir des directives générales et particulières quant aux modalités d’exercice de ces droits après votre décès et celui d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données personnel figurant à l’onglet « Politique de confidentialité » du présent site web.
Pour exercer vos droits ou pour toute question en relation avec vos données personnelles, vous devez adresser un courrier à SEA AVOCATS accompagné de la photocopie d’un titre d’identité comportant votre signature, à l’adresse postale suivante : SEA AVOCATS, 71 Boulevard Gouvion Saint Cyr 75017 PARIS FRANCE ou à l’adresse de courrier électronique à l’adresse suivante : nicolas.sauvage@sea-avocats.com